Archives du mot-clé indispensable

UN TOIT EST INDISPENSABLE À UNE VIE NORMALE ; POURQUOI EST-CE INTERDIT À QUELQUES UNS ?

Excusez-moi d’insister (mon billet de la semaine dernière portait à peu près sur le même sujet). J’ai une maison ; tu as un appartement, plus ou moins spacieux, je me suis endetté pour l’acheter et tu paieras un loyer jusqu’à la fin de tes jours. mais peu importe, l’important, tout de même, c’est d’avoir un lieu à l’abri de la pluie, du froid et du vent, avec du chauffage quand il gèle dehors, avec des meubles pour manger et pour parler en famille ou recevoir des amis et des lits pour dormir.

Un château, c’est vraiment trop cher à entretenir, mais une petite maison, c’est bien ; un HLM, si on est sociable et qu’on s’organise pour ne pas se laisser faire par le bailleur, ça peut être très agréable, surtout si on a horreur de tondre la pelouse ! La fête des voisins, par endroit, c’est un vrai bonheur ! (voir ici, sur Solidair.tv le feuilleton des habitants du 25 de la rue Pradier, dans le 19e à Paris. Le 5e épisode fut tourné à l’occasion de la fête des voisins).

Mais voilà, problème dans le 5e ou 6e pays le plus « développé » de la planète : des retraités n’ont plus les moyens de remplir leur cuve de fuel l’hiver quand elle est vide. A la campagne, des familles n’ont pour se loger que de vieilles maisons traditionnelles en ruine auxquelles, quelquefois, il manque un mur. Et encore, ceux-là ont une boîte à lettres et peuvent inscrire leurs enfants à l’école. Mais mon ami, Pascal, qui est travailleur social, m’assure que des familles entières, dans mon agglomération, avec leurs enfants, vivent dans la rue. Et pour un bon bout de temps s’ils n’ont pas encore de papiers.

A Nantes l’association Toit à moi a recruté 650 particuliers qui se cotisent pour rembourser des emprunts immobilier. Ils ont permis à l’association d’acheter une dizaine de petits appartements pour y loger quelques SDF. C’est formidable de leur part, mais ça ne résout pas franchement le problème !

Extrait d’un communiqué de la Fédération Droit au Logement : « Paris le 1er Avril 2014. Fin de la trêve hivernale et fermeture des CHU. Place de la République, environ 120 personnes ont passé la nuit sous les bâches. Menacées d’expulsion à partir d’aujourd’hui, ou déjà expulsées de leur logement ou de leur hébergement et sans logis, prioritaires DALO en attente de relogement, mineurs étrangers à la rue, oubliées du droit au logement et droit à l’hébergement sont déterminés à reconduire la mobilisation ce soir, en attendant le respect de leurs droits. » A Lille, Toulouse, des actions de même type ont été organisées. J’ai l’impression de vivre dans le tiers-monde !

Messieurs les hommes responsables du PS et de l’UMP, qui voulez gérez les départements sans céder une once de présidence à vos co-listières. Vous allez faire des discours sur la politique sociale de votre collectivité. Qu’allez-vous faire des 2 000 miliards d’euros (montant du PIB) que nous avons produit tous ensemble, l’année dernière ?